How big is your carbon footprint, really?
 

Quelle est votre empreinte carbone réelle ?

Se « mettre au vert » est bon pour les affaires. Non seulement les technologies plus écologiques améliorent votre efficacité, mais elles permettent aussi de réaliser des économies. Côté image, les consommateurs sont très réceptifs aux entreprises qui s’engagent en faveur de la protection de l’environnement. Ils sont même prêts à payer plus pour soutenir des marques plus vertueuses. Seulement voilà, les entreprises éprouvent souvent des difficultés à chiffrer précisément la réduction de leur empreinte carbone. La bonne nouvelle, c’est que les programmes de compensation carbone font le calcul à votre place. Ils vous montrent, à vous et à vos clients, le coût environnemental de votre technologie, de l’achat jusqu’à la fin de vie.

 
Intel-logo

 

Quelle est votre empreinte carbone réelle ?

Les clients demandent de plus en plus à leurs fournisseurs d’assumer la responsabilité de leur empreinte carbone. Et cette pression s’avère encore plus intense pour les marques grand public. Mais comment démontrer l’efficacité de vos mesures de réduction des émissions, tant dans votre propre environnement et que sur toute la supply chain ?

L’un des moyens les plus efficaces de réduire son empreinte – et de le prouver – consiste à recourir à des programmes de compensation carbone. Les clients Lenovo sont des précurseurs dans ce domaine : au moment de l’achat d’un nouveau produit de la gamme Think, ils peuvent en effet opter pour un tel programme dans le cadre de notre nouvelle initiative CO2 Offset Services.

 

Bâtir un argumentaire solide

Les arguments en faveur de politiques et processus de réduction des émissions de carbone sont de plus en plus nombreux. Pression des consommateurs, durcissement réglementaire, attention croissante des politiques…. tous ces facteurs plaident pour des pratiques de travail plus écoresponsables. Il s’agit non seulement d’un impératif commercial, mais aussi d’un pilier de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises (RSE).

Aujourd’hui, les consommateurs sont prêts à payer plus pour soutenir des marques plus vertes. À tel point que 77 % des participants à une récente enquête déclarent qu’il est important que les marques soient écoresponsables et s’engagent dans le développement durable.

Mais avant de vous présenter comme telle, vous devez d’abord réaliser un bilan de votre propre empreinte carbone. Pour les clients, faire confiance à une marque respectueuse de l’environnement n’est qu’un début : ils veulent également savoir quel sera l’impact de leur achat sur leur propre empreinte écologique.

 

Une empreinte verte

Les programmes de compensation carbone vous montrent, ainsi qu’à vos clients, le coût environnemental de vos technologies, de leur achat jusqu’à leur décommissionnement. Vous disposez ainsi de données claires et détaillées pour vous aider à atteindre vos objectifs de manière efficace.

C’est ensuite à vous de choisir comment compenser tout cela. Par exemple, Lenovo a calculé le coût des émissions carbone pour tous les appareils Lenovo Think sur un cycle de vie moyen allant jusqu’à cinq ans. La compensation de ces émissions peut désormais être partie intégrante de votre cahier des charges et de votre configuration matérielle.

Les clients Lenovo peuvent choisir parmi une gamme d’initiatives couvrant le monde entier et approuvées par les Nations Unies. Ils reçoivent un certificat confirmant les émissions compensées pour chaque numéro de série, ainsi qu’un badge de certification officiel pour chaque produit.

Jusqu’à présent, plus de 26 000 tonnes métriques de dioxyde de carbone, soit l’équivalent d’un peu moins de 2,77 millions de kilomètres de trajets aériens, ou 1 789 vols intra-européens*, ont été compensées.

 

Changez vos habitudes

De nombreuses entreprises se convertissent à des principes plus écologiques et adaptent leurs pratiques en conséquence, notamment par la transition vers des énergies renouvelables ou des emballages moins polluants. Des matériaux tels que les fibres de cellulose et l’amidon industriel réduisent considérablement la quantité d’emballages envoyés à la décharge, tout en affichant haut et fort l’engagement RSE de la marque.

Certains constructeurs adoptent une économie circulaire où chaque composant peut être recyclé ou réutilisé. Bientôt, les marques mettront un point d’honneur à éviter que leurs produits ne finissent dans des bennes à ordures, voire dans des décharges sauvages à ciel ouvert.

 

Regarder vers l’avenir

Certes, les cyniques argueront que le changement obéit une nouvelle fois à un intérêt purement économique. Mais les mots « durable » et « soutenable » ne sont plus l’apanage du lobby écologiste : tous les acteurs de l’économie et de la puissance publique se sont aujourd’hui emparés de ces questions pour adopter des pratiques de bon sens environnemental.

Aucun dirigeant ni actionnaire responsable ne peut soutenir une entreprise qui campe sur des positions littéralement « insoutenables » car celles-ci sont en complet décalage avec les attentes des clients et, plus important encore, parce qu’elles gaspillent des matériaux qui se font de plus en plus rares.

Il est urgent d’agir. Mais à mesure que les entreprises s’inscrivent dans une optique de développement durable, l’espoir d’assister à une réelle transition écologique est de plus en plus permis.

 

Vous voulez en savoir plus ?

Visitez notre page compensation carbone pour tout savoir sur la mécanique du service visionnaire de compensation carbone de Lenovo et ses avantages pour les entreprises soucieuses de réduire leur empreinte écologique.