Technology-driven healthcare in times of crisis
 

La technologie au service de la santé en temps de crise

D’après les prévisions de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la décennie 2020 devrait être celle de la numérisation des systèmes de santé. Les avantages de ces innovations sont énormes et le changement se fait attendre depuis longtemps. Mais comme toujours, le potentiel transformatif des nouvelles technologies finit souvent dans l’impasse de l’immobilisme. En Europe, tous les acteurs de la santé en sont conscients. La pandémie sera-t-elle l’élément déclencheur du grand chantier de rénovation que tout le secteur attend ?

Thumbnail
Powered by Intel

Dans le domaine de la santé, on connaît depuis des années les avantages de la transformation numérique. Les patients sont déjà les grands bénéficiaires de l’accès simplifié aux compétences des praticiens et au partage fluide d’informations entre experts. Mais ce n’est pourtant qu’un début. Malheureusement, l’adoption des technologies est actuellement en deçà de son potentiel.

Tout d’abord, il est important de bien faire la différence entre numérisation et transformation numérique. D’après les statistiques, 78 % des dossiers médicaux des patients auraient déjà été numérisés, ou dématérialisés, à travers l’Europe. La prochaine étape consistera à utiliser des technologies intelligentes pour exploiter toute le potentiel de cette manne de données. C’est là que commence la vraie transformation numérique.

Un récent rapport de McKinsey (2019) montre que les pays européens sont à la traîne des États-Unis concernant l’adoption des dossiers médicaux électroniques. Le taux d’adoption est de 3 % sur le Vieux continent, contre 35 % aux États-Unis. Les avantages du dossier médical partagé (DMP), comme on l’appelle en France, sont pourtant énormes puisqu’il fournit un accès instantané à des informations précises et à jour sur les patients. Précision des diagnostics, coordination des soins, justesse des ordonnances, amélioration globale de l’accès aux soins… les arguments parlent d’eux-mêmes.

Dans le cadre de son enquête européenne annuelle sur l’e-santé (2019), la Healthcare Information and Management Systems Society (HIMMS) a interrogé 531 professionnels du secteur afin d’identifier les grandes tendances e-santé pour les prochaines années. D’après 38 % des sondés, les dossiers médicaux partagés constitueraient la tendance phare, suivie de près par la télémédecine avec 36 %.

Mais entre-temps, la pandémie de Covid-19 est passée par là et ces priorités ont probablement changé. Les exigences liées à la distanciation sociale ont accru le besoin de flexibilité. Avec le développement du télétravail, les praticiens ont plus que jamais besoin d’ordinateurs fiables et puissants, capables de les connecter à leurs patients et de faciliter l’accès distant à des données sensibles.

Le ThinkPad T14i Healthcare Edition offre par exemple toutes les performances que les professionnels de santé peuvent attendre d’un ThinkPad, et bien plus encore. Par exemple, la haute qualité audio et vidéo rend les téléconsultations plus efficaces. Quant à l’infrastructure de postes de travail virtuels (VDI), elle permet aux praticiens de travailler en distanciel sur des applications critiques. Ils peuvent par exemple consulter des radiographies depuis chez eux. Grâce à des appareils aussi fiables, les soins spécialisés deviennent beaucoup plus accessibles.

Les ordinateurs portables tels que le ThinkPad T490 sont également conçus pour résister à 10 000 nettoyages sur un cycle de 3 ans. Côté confidentialité, le lecteur d’empreintes digitales offre un accès pratique et sûr aux données sensibles. Équiper les praticiens de ce type de technologie est un passage obligé vers une transformation réussie. Sur le marché européen, des études montrent que la volonté de faire bouger les lignes s’est jusqu’ici heurtée à un manque de financement et à des insuffisances infrastructurelles. Pourtant, la crise sanitaire actuelle pourrait bien changer la donne.

Une fois l’infrastructure en place, cette dernière pourrait donner un véritable coup d’accélérateur à la transformation. Elle ouvrira la voie à l’intelligence artificielle et à la médecine personnalisée qui, selon les professionnels, auront un impact majeur dans les prochaines années. Elle libérera la puissance du Big Data pour dégager des tendances dans certaines catégories de population et créer des modèles prédictifs de soins de santé. Par exemple, de puissantes technologies d’IA peuvent désormais décoder des génomes individuels en quelques heures et fournir des diagnostics de risques précis pour certains patients.

Lors de la gestion de la crise de Covid-19, la biologie computationnelle a joué un rôle vital pour comprendre le virus et rapidement mettre au point des traitements. Des sociétés comme AtomWise ont développé une IA capable de procéder au dépistage in silico afin de prédire rapidement l’efficacité de certaines molécules. À l’image de coronavirus3d.org, des projets data open-source améliorent la diffusion de connaissances afin de lutter ensemble contre la plus grave menace de santé publique depuis plus d’un siècle. Quant aux technologies wearables et IoT, elles faciliteront l’application des mesures de suivi et de contrôle du virus.

Au-delà de la réponse à la crise sanitaire, il va sans dire que le potentiel de l’IA est beaucoup plus vaste dans le domaine de la santé. Par exemple, l’IA aide les radiologues à mieux interpréter certaines imageries médicales. Cette année, la revue Nature a également publié un article sur les prouesses de l’IA DeepMind de Google dans le dépistage du cancer du sein. Aux États-Unis et au Royaume-Uni, l’étude fait état d’une réduction respective de 5,7 % et 1,2 % des faux positifs et de 9,4 % et 2,7 % des faux négatifs. DeepMind affirme avoir exécuté une simulation indiquant que sa méthode pourrait alléger de 88 % la charge de travail des seconds lecteurs.

À l’heure où les acteurs de la santé s’attaquent à de nouveaux défis, la gamme d’appareils professionnels de Lenovo leur fournira l’épine dorsale technologique dont ils ont tant besoin. Par exemple, le Lenovo ThinkCentre Nano Healthcare Edition est un ordinateur de bureau incroyablement polyvalent et compact, avec seulement 0,35 l d’encombrement. C’est avec ce genre de technologie spécialisée que les prestataires pourront actionner tous les leviers de connectivité, de collaboration et de performances indispensables à la médecine de demain.

La connectivité du secteur de la santé soulèvera sans aucun doute des problèmes de maturité numérique, d’évolutivité, de gestion des données et de cybersécurité. Mais au vu des premiers résultats obtenus, le jeu en vaut clairement la chandelle. Lenovo propose les technologies et solutions intelligentes pour accompagner les acteurs du secteur tout au long de ce parcours. Reste à savoir si l’élan de volonté suscité par la pandémie se traduira par des financements concrets et l’ouverture tardive, mais ô combien nécessaire, du grand chantier de transformation numérique de la santé.

 

Rendez-vous sur notre page spéciale santé pour en savoir plus sur les solutions technologiques spécialisées de Lenovo.